L’attachement dans les pratiques d’accueil

Chères Grandes Exploratrices, Chers Grands Explorateurs,

Bonjour !

Avez-vous eu l’occasion de reconsidérer l’espace d’accueil de tout-petits que vous accompagnez au quotidien en transformant votre regard et pratiques en mode « affordance » ?

D’observer d’un autre œil certains comportements des bébés ?

Et avez-vous eu l’occasion de noter des différences entre ces petits explorateurs, avec certains paraissant bien plus propres à vouloir tout découvrir que d’autres ?

Si nous vous posons la question, c’est que, bien évidemment, au-delà du jeu entre environnement et perception, chaque tout-petit ne se comportera pas de même selon son style d’attachement. Et oui, de l’attachement, encore de l’attachement, toujours de l’attachement !

En parler et reparler est d’autant plus nécessaire que sur ce point – comme bien d’autres d’ailleurs !- le passage de la théorie à la pratique semble cristalliser un certain nombre de questionnements.

Alors aujourd’hui, pour aborder ce thème : Karin Lahittete-Blanchemain qui, suite à quinze années d’exercice dans le champ des ressources humaines, a fait le choix, après avoir accueilli des bébés au quotidien, de devenir formatrice petite enfance.

Professionnel(le)s petite enfance : des figures d’attachement en puissance !

Accueillir un tout-petit est une responsabilité. Une question de sécurité physique mais aussi et tout autant affective ! C’est tout le cœur de l’attachement qui depuis les travaux fondateurs de John Bowlby, n’a fait qu’être renforcé par maintes travaux et recherches. Oui, le bébé a besoin de trouver en nous des havres de sécurité qui répondent adéquatement à son besoin de connexion.

En la matière, les parents, figures principales d’attachement, mais aussi ces personnes que le tout-petit rencontrera au cours de sa prime enfance : typiquement, les professionnel(le)s de la petite enfance de la structure au sein de laquelle il est accueilli.

Si le lien d’attachement met du temps à se tisser, il commence à se créer dès la période d’adaptation (parfois même, au premier accueil), pour se mettre en place et se consolider progressivement.

Mais sur quoi repose la qualité de cette relation ? En tant qu’adultes, il est certain que jouent notre écoute, nos observations, notre attention quant à la manière dont tel ou tel tout-petit fonctionne ; mais importe tout autant notre réceptivité à sa particularité : c’est ce qui nous permettra de répondre à ce bébé, toujours spécifique, d’une façon permettant l’avènement d’un lien de confiance .

Pourquoi est-ce aussi important ? C’est que l’attachement, loin d’être un lien d’enfermement est un lien d’ouverture. Parce que le tout-petit qui aura acquis cette sécurité affective, qui saura qu’il peut se sentir en confiance, trouver apaisement et réassurance s’il en exprime le besoin, est un tout-petit qui pourra pleinement réaliser ce qu’il désire profondément : explorer le monde !

L’attachement n’est donc pas juste un « concept », une « belle idée » : il doit pleinement nourrir nos postures professionnelles.

Un juste équilibre… avec les petits, comme leurs parents !

Point épineux de l’attachement : ce n’est pas de l’amour ! Une confusion qui s’explique de par le terme même d’attachement, mais aussi par la complexité de trouver un juste équilibre : s’investir assez…mais pas trop !

Il en va du rapport au bébé mais aussi à ses parents. Oui, la famille est importante. La rencontrer, c’est découvrir des manières d’être, de penser, de faire qui parfois peuvent nous paraître étranges. Mais c’est aussi apprendre à connaître les figures d’attachement du bébé, celles-là même avec qui, au fil du temps, se créera un lien qu’il convient de suffisamment protéger pour permettre de vrais échanges. Se positionner comme juge, comme sachant, ou rejeter ce que l’on peut observer des parents, c’est perdre la possibilité de comprendre ce qui peut se jouer entre ces parents et leur enfant. Être à leur écoute dès le début, respectueux, pour qu’ils se sentent d’autant plus prêts à partager leurs potentielles inquiétudes ou questions au fil de l’année, des années…


Pourquoi insister autant sur les parents ? Sans le développer trop ici, et maintes recherches l’ont démontré, selon leur attitude envers la structure d’accueil en général et les professionnel(le)s en particulier, la relation qui saura s’établir entre ces dernier(e)s et le bébé ne sera pas du tout la même…

Le lien ne passe pas ou que difficilement entre les adultes ? Le tout-petit le verra et sentira bien… mais le fera également savoir par son comportement, sa capacité (ou non à s’ouvrir) et plus généralement par son bien-être.

Mais il peut aussi en aller de l’issue de difficultés rencontrées par les professionnel(le)s même ! Prenons, avec Karin Lahittete-Blanchemain, l’exemple de cette petite fille qui, à chaque fois qu’elle lui lisait une histoire lui jetait un objet sur la tête alors même qu’elle semblait prise par l’histoire… ou de celui de ce petit garçon qui chaque après-midi grimpait sur la table, assortissant son acte de mille mots « fort imagés » … Sans échange possible avec les parents, ce sont des réponses à ces comportements qui disparaissent…Et plus largement, tout un lien qui ne peut pleinement se faire…


Chères lectrices, chers lecteurs, nous vous souhaitons une belle journée tout en profitant pour vous remercier de votre confiance… pilier de toute exploration sur la petite enfance !


A voir aussi : Morgane Le Peintre : psychomotricité et Libre exploration éducative

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s