Libre explorateur, vous avez dit libre explorateur ?

Chères exploratrices, Chers explorateurs, bonjour !

Nous revoilà pour notre petit (grand !) rendez-vous hebdomadaire du jeudi : avant de plonger dans notre thème du jour, nous tenions à vous remercier : vous êtes de plus en plus nombreux à suivre le mouvement de la libre exploration éducative et les tout-petits n’en attendaient pas moins que cela ! Alors oui, pour cela, un grand…

Maintenant que vous êtes captés 5/5 sur les petits comme l’y appelle Blaise Pierrehumbert, il s’agit de resserrer le zoom sur nos petits explorateurs en herbe.

Aujourd’hui, c’est avec Anne-Sophie Rochegude, directrice scientifique de l’Institut Petite Enfance Boris Cyrulnik, que nous allons en dévoiler un peu plus sur cette figure du tout-petit libre explorateur.

Il n’y a pas de « mais » qui compte !

Vous qui côtoyez chaque jour les bébés, vous le savez, vous l’observez : ils sont loin d’être ces petits êtres passifs et insensibles que l’on pensait autrefois…

Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’un certain nombre de pédagogues n’ont eu de cesse de mettre en avant la notion d’enfant « acteur »…

Mais alors, vous nous répondrez : « rien de nouveau sous le soleil de l’enfance ? »

Eh bien SI !

Chaque jour fleurissent de nouvelles recherches qui éclairent d’un nouvel œil les compétences des tout-petits. Un exemple ? Tout chaud, tout frais d’il y a quelques jours : des chercheurs ont montré que, dès la naissance, les nouveau-nés (bon, soyons précis, ils étaient déjà vieux de 3 jours) étaient capables d’identifier des mots au sein d’un discours continu[1]; eh oui, déjà statisticiens, avec des capacités de traitement du langage et de mémoire…

Quand on vous dit que les bébés sont des êtres compétents !

Oui mais voilà, malgré tout ce que l’on apprendra sur les possibilités du bébé, de vieux réflexes nous tiraillent… Parce que le tout-petit est par définition tout petit… parce que si fragile, si vulnérable… parce que si dépendant…Alors, compétent, oui, peut-être, mais…

Sans renier la vulnérabilité du bébé, il ne s’agit pas de nous arrêter à ce MAIS (trop de « mais », tue le « mais » de toute façon !) !

C’est toute la différence entre protéger le tout-petit et le surprotéger ; entre faire et laisser faire (« essayer » entrant dans cette catégorie) …

Oui, mais rétorquerez-vous : « de ce laisser-faire, on franchit vite le cap du laisser-tout-faire » !

Cela serait vrai si l’on se contentait d’une définition rapide et plutôt pauvre de la liberté. Mais les bébés en méritent une approche bien plus riche, celle qui fait rimer liberté avec attachement, confiance, ressources personnelles et présence ajustée. Une autonomie, mais portée, encouragée et non suspendue dans le vide… car ils en sont CAPABLES !

Mission monde : opérationnel !

Le bébé est acteur : à son propre rythme, il découvre et apprend.

Mais plus profondément, il est EXPLORATEUR.

Son terrain ? Le monde (pas moins que cela) et toutes les petites choses qui y sont présentes (oui, nous en faisons partie !) ou qui s’y passent.

Son encas ? Notre confiance et les liens d’attachement que nous avons construits avec lui.

Son outillage de départ (adieu la vieille image du bébé aussi vierge qu’une page blanche) ? Déjà important.

C’est que le bébé a les moyens de faire parler le monde ! Et doué d’une curiosité à faire pâlir d’envie les « grands » que nous sommes, il en profite pleinement.

Sans entrer ici dans le détail, les recherches scientifiques nous dévoilent en effet un tout-petit révélant à la fois des compétences de physicien, de probabiliste, de statisticien, d’économiste… mais aussi de lecteur émotionnel. Et la liste pourrait être bien augmentée !

Si vous voulez quand même entrer dans le détail

Notre petit chercheur expérimentateur use ainsi de ses heures d’éveil (comme de sommeil d’ailleurs, mais c’est une autre histoire, à tenir bien debout et éveillé !) à traiter ce qui se passe… et rien ne laisse son insatiable attention indifférente ! Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que son comportement peut parfois nous étonner : car un explorateur sachant et voulant explorer souhaite TOUT découvrir (y compris parfois les dessous de chaise ou de table).

Mais sans notre confiance, le petit explorateur n’ira pas très loin…

Sans une certaine place pour la liberté également : celle qui lui offrira l’espace-temps pour déployer ses possibilités propres, bien à lui…

Regardez demain bien attentivement les bébés que vous accompagnez : vous les verrez vous dire « je ne suis pas « juste » un bébé, je suis un libre explorateur » !


[1] Fló, A., Brusini, P., Macagno, F. et al. (2019) Newborns are sensitive to multiple cues for word segmentation in continuous speech.  Developmental science, doi.org/10.1111/desc.12802.

Un commentaire Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s